Skip to content
25 mai 2022

Découvrez les apports de la démarche de concertation

La démarche de concertation menée entre septembre 2021 et avril 2022 a permis de faire émerger un certain nombre de propositions visant à améliorer le projet de centrale solaire Maya. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir ces propositions ainsi que leur insertion dans le nouveau design de la centrale !

La démarche de concertation volontaire, menée de septembre à décembre 2021, ainsi que la démarche de concertation préalable, réalisée entre janvier et mai 2022 a permis à la fois de faire connaître largement le projet photovoltaïque Maya, mais également de faire évoluer ce dernier par le biais d’ateliers de co-construction sur certaines thématiques.

 

Découvrez les résultats du travail de co-construction sur les 3 thématiques de réflexion !

Thème n°1 : la préservation de la biodiversité 

Depuis 2014, le site est identifié comme Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF) au regard des espèces à enjeux présentes à différents endroits de la zone d’études, notamment la zone de savane.

 

La centrale solaire sera invisible depuis les habitations les plus proches et ceinturée par la forêt. L’ensemble des tables photovoltaïques et de la zone technique sera une zone composée de forêt secondaire, afin de préserver intégralement les espaces les plus sensibles que sont les savanes et la forêt humide et marécageuse.

 

Ainsi, 3 îlots d’implantation ont été pensés pour permettre des corridors de sanctuarisation faunistiques et floristiques, afin de préserver les enjeux écologiques.

 

En parallèle, TotalEnergies a très tôt souhaité protéger les hectares de la parcelle restants, en proposant à plusieurs organismes de préservation et de gestion des milieux naturels d’œuvrer à la protection définitive de ces espaces.

 

De premiers échanges avec le CSRPN (Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel) en septembre 2021 ont néanmoins mis en évidence la nécessité d’aller encore plus loin dans les mesures proposées. Lors des ateliers de co-construction dédiés à cette thématique de la biodiversité, l’étude menée par le bureau d’étude en environnement Biotope a été présentée par ses responsables.

 

Les principales analyses ressortant de l’étude du milieu naturel ont été mises en exergue et surtout, les mesures ERC (Eviter, Réduire, Compenser) préconisées au porteur de projet ont été explicitées. La façon dont le projet a été adapté, au fur-et-à-mesure de l’avancée de cette étude, et suivant ses recommandations a été exposée. Le design de la centrale a ainsi été substantiellement modifié.

 

Un travail de co-construction concernant les mesures compensatoires a été prévu lors du premier atelier dédié spécifiquement à cette thématique en février.

 

Toutefois, la complexité technique du sujet a conduit à ce que les participants ne soient pas en mesure de proposer des mesures compensatoires additionnelles. Les échanges ont été riches et ont permis aux participants présents de comprendre et d’interroger le travail mené sur la préservation de la biodiversité, dans le cadre du projet solaire Maya.

 

Lors du second atelier dédié au sujet, des mesures d’évitement complémentaires ont été présentées par Biotope pour faire suite aux recommandations du CSRPN. Ainsi, ces mesures conduisent à réduire l’emprise au sol de la centrale, afin de ménager un espace faisant la jonction entre savanes et zones humides. La version présentée conduisant alors à passer d’une emprise au sol totale de 157 ha à 130 ha. TotalEnergies a précisé que cette version à l’étude devait aussi être mis en balance avec la production énergétique de la centrale et que des arbitrages seraient faits en fonction de ces divers éléments.

Thème n°2 : le développement de co-activités agricoles

Le développement de co-activités agricoles sous les panneaux photovoltaïques n’était initialement pas prévu dans le projet initial. Toutefois, à la suite de rencontres et d’échanges avec des acteurs locaux, la pertinence d’un tel projet a convaincu le porteur  de      projet, Olivier Wattez, de poursuivre les réflexions  en ce sens.

 

A cet égard, les ateliers de co-construction auxquels ont participé des acteurs locaux experts du sujet agricole ont été particulièrement enrichissants pour développer ce projet de co-activités agricoles.

 

Voici la liste des propositions émises par des participants et retenues par TotalEnergies :

 

  • Proposer une hauteur de tables modulables afin d’adapter la hauteur en fonction des cultures et des besoins de passage d’engins agricoles.
  • Développer les coactivités agricoles en construisant un démonstrateur agricole.
  • Mixer culture végétale et animale en proposant en plus des végétaux un espace porcin ou d’élevage de volaille.
  • Réaliser une étude sur la qualité des sols pour obtenir des préconisations sur les cultures.
  • Etudier la possibilité de développement de cultures spécifiques comme la vanille, le cacao, et le colza
  • Nouer des partenariats pour aider au financement des agriculteurs et à la construction des bâtiments nécessaires à la co-activité.
  • Donner une place importante aux jeunes agriculteurs.
  • Développer la vente directe en proposant la commercialisation sur place de la production du site.

Thème n°3 : le développement de l’emploi guyanais

Les thématiques de l’emploi et de la formation constituent le troisième axe de travail sur lequel les participants de la démarche de concertation ont été invités à réfléchir. En effet, lors de l’étude des perceptions réalisée en septembre 2021, ce sujet est ressorti à de nombreuses reprises lors des entretiens qualitatifs menés par l’équipe Concertation Mazars.

En effet, plusieurs personnes rencontrées ont fait part de leur souhait que TotalEnergies intègre une réflexion globale sur la question de l’emploi afin que les compétences nécessaires, tant sur la phase construction, qu’exploitation de la centrale solaire soit profitable au tissu économique guyanais.

 

Ainsi, dès novembre 2021, lors du 1er atelier de co-construction autour du projet Maya, une réflexion a été engagée sur ces sujets. Lors de ce premier rendez-vous, TotalEnergies a pu affirmer sa volonté en matière d’emploi sur le projet solaire Maya, consistant à faire en sorte que les activités liées à la centrale soient créatrices de valeurs et d’opportunités, en soutenant au maximum l’emploi, la formation et le tissu industriel local guyanais.

 

Cette ambition a été présentée à l’assemblée ainsi que les engagements que TotalEnergies a souhaité prendre pour y parvenir, dont voici  un résumé :

  • Créer des emplois directs et indirects tout au long du projet (phase développement, chantier et exploitation) ;
  • Faire contribuer les entreprises locales en phase de développement en mobilisant des bureaux d’études basés en Guyane ;
  • Participer au développement économique en phase chantier en signant des contrats de construction avec des entreprises locales pour le génie civil, le raccordement, etc.
  • Contribuer au développement de l’économie locale guyanaise via des emplois indirects liés à la restauration, l’hébergement, les fournisseurs, etc.

Pour autant, TotalEnergies a fait le choix de s’entourer d’un réseau de spécialistes, capables de faire part de propositions pour avancer sur ce sujet. Ainsi, tout au long des 3 rendez-vous de concertation proposés sur ce thème, des spécialistes se sont succédés et ont contribuer à faire avancer la réflexion sur le sujet.

 

Voici les principales propositions formulées sur les thèmes de l’emploi et de la formation ainsi que les engagements pris par TotalEnergies sur ces dernières :

 

  • Présenter un organigramme de la future centrale solaire sur la phase chantier et sur la phase exploitation
  • Inclure dans l’organigramme de la centrale, une place pour les diplômes professionnels à partir du BAC.
  • Etoffer l’organigramme de la centrale solaire en phase exploitation en ajoutant 3 autres postes : un directeur adjoint de la centrale, un poste transverse de fonction support, un responsable des systèmes informatiques.
  • Externaliser certaines compétences de l’organigramme, notamment les postes d’entretien et de gardiennage de la centrale.
  • Présenter le projet aux acteurs de la formation via des interventions pédagogiques.
  • Présenter le projet aux entreprises locales via des interventions « études de cas » auprès d’acteurs ciblés pour valoriser l’expertise de TotalEnergies et participer à des forums métiers pour faire connaître les besoins en matière d’emploi.
  • Participer à des cafés / débats entreprises.
  • Organiser des webinaires de présentation du projet Maya.
  • Identifier les besoins en formation en regardant l’offre de formation disponible en Guyane et en listant les formations à développer, nécessaires pour les métiers de la centrale Maya.
  • Confier la formation à des organismes experts tels que le GIEQ et RSMA afin que ces derniers s’occupent de tous les aspects de la formation, du recrutement à la formation en passant par la conception des contenus et le choix des formateurs.
  • Favoriser l’insertion professionnelle dans les emplois de la future centrale.
  • Anticiper les besoins sur la phase chantier en nouant des relations avec les filières pour faire connaître TotalEnergies, son projet et ses besoins futurs.
  • Solliciter les têtes de réseaux pour l’attribution des marchés.
  • Intégrer des clauses imposant un sourcing local de la main d’œuvre dans les demandes de marchés.
  • Proposer des appels d’offres avec différents lots pour permettre à plus d’entreprises de pouvoir y répondre, quelle que soit leur dimension.

La synthèse des propositions est disponible dans le bilan de la concertation :