Skip to content

Une centrale de production et de stockage d’électricité renouvelable

Le projet Maya en bref

Maya est un projet vertueux, qui permettra de produire naturellement de l’électricité à partir d’une ressource inépuisable et disponible en abondance en Guyane : le soleil.

 

Installée sur la commune de Macouria, sur une parcelle de 430 hectares, la centrale à puissance garantie permettra de produire en continu 20 MW d’électricité d’origine renouvelable, 7 jours sur 7 et 24h sur 24, grâce à un système de stockage.

 

Une production additionnelle de 20MW, permettra de couvrir chaque jour la pointe de consommation électrique du midi ou du soir.

Véritable concentré de technologies de pointe au service de la performance énergétique, le projet Maya comprendra :

 

  • Un ensemble de modules photovoltaïques et une zone technique ;
  • Un dispositif de conversion de l’électricité par onduleur pour convertir l’électricité produite en basse tension et courant continu, vers de la haute tension en courant alternatif. Avant qu’elle soit injectée sur le réseau ou stockée dans les batteries ;
  • Un système de stockage de 375 MWh composé de batteries développées et fabriquées par une filiale de TotalEnergies.

Son dimensionnement spécifique, couplé à un système de stockage performant, permettra à Maya de s’affranchir des contraintes d’intermittence de production et offrira ainsi à la Guyane un projet contribuant à sécuriser et stabiliser le réseau électrique, et à garantir l’autonomie énergétique du territoire à l’horizon 2030.

 

Ce projet s’inscrira pleinement dans les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, en permettant d’économiser 200 000 tonnes d’émissions de C02 chaque année.

 

Il contribuera également au développement économique de la Guyane via des contrats de construction passés avec les entreprises locales représentant environ une centaine d’équivalents temps pleins pendant les deux années de chantier.  Le projet permettra également de créer plus de 45 emplois pérennes pour assurer le fonctionnement et la sécurité de l’installation (entretien de la végétation, surveillance du site, exploitation, maintenance). 

 

Par ailleurs, des partenariats sont en cours de réflexion avec la profession agricole et les formations d’études supérieures, afin de réintroduire des pratiques agricoles sur le site (culture sous les panneaux). Un démonstrateur pourra être installé afin de servir de zone de test pour cette expérimentation.

Macouria, la ville d'accueil du projet

TotalEnergies a identifié une parcelle de 430 hectares pouvant accueillir la centrale solaire Maya.

 

Localisée sur la commune de Macouria, la parcelle est située à environ 12km à l’ouest de la ville de Cayenne et ses communes limitrophes.

 

Le projet se trouve ainsi proche du principal centre de consommation électrique guyanais et le raccordement au réseau est minimisé par la proximité de la ligne haute-tension HTB à seulement 1,5 km.


La zone d’implantation du projet est bordée au nord-est par la Nationale 1, au sud-est par la route départementale 51 et au nord par un centre de loisirs, un lotissement en expansion et une future Zone D’Activités Economiques (ZAE).

 

Le site se compose d’une forêt, exploitée au début des années 1950 pour la culture d’abattis-brûlis, et de savanes anciennement réservées à la pâture des bovins. Le site a été par la suite délaissé par les agriculteurs avant de connaitre plusieurs utilisations : carrière d’exploitation de matériaux toujours en activité, puis circuit de karting ou encore centre équestre.

Le calendrier du projet

Un projet remanié dans le cadre d'une démarche de concertation

La mise en place d’une démarche de concertation, ouverte à tous, a permis de co-construire les nouveaux contours du projet. 3 thématiques de travail ont été proposés afin de réfléchir au développement de co-activités agricoles, à la préservation de la biodiversité ainsi qu’au développement de l’emploi et de la formation en Guyane.

Add Your Heading Text Here

Le projet initial

Initialement, le projet prévoyait la création d’une centrale de production d’électricité solaire et de stockage d’énergie.

 

 

Les chiffres clés du projet initial :

 

  • Parcelle de 430 hectares ;
  • 157 hectares d’emprise au sol totale ;
  • 104,5 hectares de panneaux solaires
  • 375 MWh de puissance de stockage ;
  • 237 hectares de parcelle rétrocédée à la mise en service.       
 

Le nouveau projet

Dans le cadre de la démarche de concertation, le projet initial a subi de nombreuses modifications. Le projet finalisé intègre désormais un espace dédié aux co-activités agricoles.

 

Les chiffres clés du projet finalisé :

 

  • Parcelle de 430 hectares ;
  • 130 hectares d’emprise au sol totale ;
  • 80 hectares de panneaux solaires ;
  • 15 à 20 hectares dédiés aux co-activités agricoles ;
  • 375 MWh de puissance de stockage
  • 300 hectares de parcelle rétrocédées à la mise en service et 130 hectares à la fin de l’exploitation.

La création d’une zone de co-activités agricoles

L’objectif de cette mesure visait à réintroduire des pratiques agricoles afin de redonner sa vocation originelle au site, tout en développant un projet solaire d’avenir. L’idée était de concevoir un projet innovant où la technologie photovoltaïque participant à la maximisation de la production agricole sous les panneaux, tout en tirant profit des services rendus par ces derniers (ombrage, protection contre les aléas climatiques, etc.).

 

Afin de rendre possible la cohabitation de ces deux activités (production d’énergie et agriculture), TotalEnergies a ainsi pris la décision de surélever une partie des panneaux solaires et d’écarter les tables photovoltaïques les unes des autres, afin de faciliter une pratique agricole en dessous.

 

Ainsi, un ensemble de 15 hectares dédiés aux coactivités agricoles sous les panneaux a été inclus dans le plan de la future centrale solaire.

 

Cet espace est réparti sur les anciens terrains agricoles qui étaient exploités dans la partie nord de la parcelle, et constituera une unité d’ensemble des parcelles avec les tables photovoltaïques. Malgré une potentielle perte de puissance de production sur la zone agricole, TotalEnergies conserve la maîtrise de l’emprise globale de la centrale solaire Maya.

Une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux

Depuis 2014, le site est identifié comme Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF) au regard des espèces à enjeux présentes à différents endroits de la zone d’études, notamment la zone de savane.

 

La parcelle Maya sur laquelle sera implantée le projet solaire présente de forts enjeux de conservation dans les savanes : en effet, celles-ci abritent une flore protégée et déterminante de ZNIEFF; et une faune protégée (avifaune, herpétofaune).

 

Sur la parcelle, domine également un bloc forestier compact, mais hétérogène, comprenant à la fois des forêts marécageuses importantes pour la conservation des espèces protégées et des forêts secondaires, dégradées dans la partie Nord.

 

Voici les différentes mesures visant à limiter l’impact de la centrale solaire sur la parcelle prise par TotalEnergies :

 

  • Évitement des espaces de savanes présentant un fort intérêt patrimonial ;
  • Évitement de la forêt marécageuse ;
  • Évitement d’une population de Selenipedium palmifolium ;
  • Suppression de la voie d’accès reliant les îlots Est et Ouest ;
  • Raccordement des îlots de production via un fonçage dirigé ;
  • Maintien d’une zone forestière tampon entre la centrale solaire et les savanes ;
  • Evitement des zones soumises au risque d’inondation (PPRi) ;
  • Maintien d’une bande boisée périphérique de minimum 15 mètres pour éviter la perception de la centrale ;
  • Rétrocession de 430 ha d’habitats du site Maya à un organisme spécialisé dans la préservation et la sanctuarisation des milieux naturels. Cette rétrocession s’organiserait comme suit :
    • 300 ha à la construction de la centrale (zones évitées)
    • 130 ha à la fin de l’exploitation (zones équipées)
  • Financement d’un plan de gestion des mesures compensatoires pendant l’exploitation (lutte espèces envahissantes, …) ;
  • Compensation volontaire additionnelle des zones déforestées : identification de terrains additionnels potentiels ciblés sur des zones sensibles (savanes, forêts humides, …) à préserver sur la commune.

 

Dans une volonté de réduire au maximum l’impact sur la biodiversité que le projet solaire pourrait avoir, et dans une volonté de réaliser un effort additionnel d’évitement, TotalEnergies a retravaillé le dimensionnement de la future centrale solaire, réduisant l’emprise de cette dernière.

 

Cette mesure vise notamment à préserver l’intégrité du massif forestier de la parcelle, conformément aux préconisations émises par le CSRPN (Conseil scientifique régional du patrimoine naturel) et le CNPN (Conseil national de la protection de la nature) consultés dans le courant du mois de septembre 2021. 

Par ailleurs, cette mesure permettra de créer une continuité entre les espaces de savanes, la forêt et les zones humides à préserver. Pour ce faire, 20% de la surface des tables photovoltaïques a été retirée passant de 104 à 80 hectares d’emprise au sol. Ainsi, l’emprise au sol de la centrale a été sensiblement réduite à 130 hectares (contre 157hectares d’emprise initialement prévue).

 

La future centrale solaire sera composée de modules, invisibles depuis les habitations les plus proches, et sera ceinturée par la forêt. 3 secteurs d’implantation des modules ont été pensés pour préserver les enjeux écologiques via la création de corridors de sanctuarisation faunistiques et floristiques.